samedi 28 janvier 2017

Premier amour de toujours (2/3)

Me voilà de retour pour te parler des trois ouvrages qui ont révolutionné ma vision de la mythologie grecque !

Le trio mythique !


Je ne sais pas ce qu'il en est pour toi, mais pour ma part, j'ai découvert cet univers sous la forme de mythes éclatés et indépendants. Même si romancés dans Mythes & Légendes dont je t'ai parlé lors du précédent article, aucun lien ne les réunissait sous la forme d'une seule et même histoire. Et c'est d'autant plus vrai si tu passes du temps comme moi dans les dictionnaires de mythologie grecque.

Tu aperçois le Grimal qui est un Must Have si tu es tombé/e dans l'amphore tout comme moi.
La première révélation que j'ai eue ado fut en latin lors d'une petite joute verbale avec mon professeur. J'ai réalisé ce jour-là qu'il n'existait pas une seule version d'un mythe, qu'un mythe pouvait se décliner sur toute une gamme de nuances plus ou moins subtiles. Ainsi, Héphaïstos (dieu du métal et du feu qui illustre à lui tout seul la notion de beauté intérieure) est soit le fils qu'Héra a engendré seule pour se venger de l'affront de la naissance d'Athéna, soit le fils d'Héra et de Zeus.
Non, je ne collectionne pas les dictionnaires de mythologie grecque :þ
Malgré ce coup de massue, mes premières lectures m'ont profondément marquée et je conserve un fort attachement à une version bien précise de certains mythes. De même que je garde mon cœur d'enfant. Je préfère voir Zeus comme un mari volage indécrottable qu'un violeur récidiviste parce qu'il me plaît que ses enfants soient nés d'un amour partagé. De même qu'il m'est intolérable d'imaginer qu'Héra s'acharne sur des femmes victimes des abus de son mari (non pas que je cautionne l'attitude de cette déesse bafouée par les frasques de son époux - pour une déesse du mariage, elle en voit des vertes et des pas mûres, mais nous sommes d'accord qu'elle se trompe un peu beaucoup de coupable). 
Bisounours, moi ? J'assume !
Moi ? Un faible pour le mythe d'Oreste ? Quelle idée !
Au fil des années, j'ai donc construit MA mythologie grecque et j'ai eu la chance de croiser le chemin de trois livres qui ont tout changé pour moi !
Premier coupable !
Le printemps des dieux m'est tombé dessus au lycée au détour d'une étagère de la bibliothèque. Ce récit se focalise sur deux dieux, ceux qui sont - à mes yeux et ceux des auteurs, je pense - les plus proches de l'Homme : Héphaïstos et Hermès.
Il débute juste après la naissance de ce premier alors qu'il chute de l'Olympe, pauvre nourrisson rejeté par l'orgueil de sa mère. Héphaïstos est recueilli par Thétis et Eurynome, deux déesses marines. Elles vont l'élever dans le secret et, pour répondre aux questions de l'enfant qui grandit quant à ses origines, lui raconter celles du monde. 
Le récit abandonne Héphaïstos sitôt Hermès né. Là, nous suivons cet irrésistible fripon dans ses débuts en tant que messager jusqu'à la deuxième chute d'Héphaïstos, cette fois-ci éjecté par un Zeus furibond, et ce dans des circonstances que je vous laisse découvrir à la lecture.
Ainsi se termine Le printemps des dieux qui est suivi d'un autre tome Le temps des héros dont je ne te parlerai pas (et pour cause, je l'ai lu, mais il n'a jamais rejoint ma bibliothèque - les mythes liés aux Hommes sont plus faciles à organiser, je trouve).
Bien que j'adore la manière dont les auteurs décrivent les dieux (et notamment Hermès - si tu n'as pas encore compris qu'il est mon petit favori... ;p), j'avoue que certains traitements et pas mal de détails ne me plaisent toujours pas dans cet ouvrage. Les auteurs consacrent pas mal de chapitres à préparer leur second tome (non pas que ça me déplaise de suivre la descendance d'Hermès) et du coup, ne s'attardent pas sur la naissance de certains dieux (comme Athéna) ou fusionnent trop de mythes en un.
Malgré tout, c'est le premier roman à m'avoir offert une unité dans ce vaste bazar qu'est la mythologie grecque et il garde de ce fait une place de choix dans ma bibliothèque.


Deuxième coupable !
Voilà mon coup de cœur. La manière dont Maurice Druon agence les différentes pièces de ce puzzle monstrueux qu'est la mythologie grecque m'a définitivement conquise !
Le récit de Zeus commence bien avant sa naissance puisqu'il nous raconte l'Âge d'Or du temps où Ouranos accomplissait mille et une merveilles, la plupart invisibles à notre œil et de celles qu'on ne prend plus le temps de regarder de nos jours (la prochaine fois que tu te poses dans un parc, pense à t'émerveiller de la multiple déclinaison de verts). Après les débuts du monde, s'en suivent donc sa propre origine, puis son règne.
L'auteur prend le temps de raconter chaque dieu, sa naissance, ce qu'il représente. Mieux, il replace les dieux dans un contexte cosmogonique, expose les forces de l'Univers ou de l'Homme qu'ils représentent. Maurice Druon rend à ces personnalités mythologiques leur place de divinité, une part d'eux que l'on oublie en lisant leurs aventures si humaines.
Après, même s'il s'agit d'un coup de cœur et que j'adhère totalement à l'agencement chronologique de tous ces mythes, certains détails ne font pas partie de ma mythologie personnelle (pour ma part, je préfère de loin la version où Apollon provoque la mort d'Orion de crainte que sa jumelle ne lui succombe ou tout simplement par jalousie de leur amitié que celle où Orion aurait tenté d'abuser de la déesse). De même que je regrette que certains mythes aient été laissés de côté.

Du coup, je ne peux que te conseiller la lecture de ces deux romans qui divergent sur bien des points, mais se complètent sur d'autres.

Non, il ne fait pas partie du trio.
J'aurais pu te parler de cet ouvrage-ci qui s'adresse à un public plus jeune et dont le titre ne pouvait que me séduire. C'est une lecture plus simpliste et plus naïve de la mythologie, Hermès même adulte reste un jeune homme innocent, ce qui ne colle pas trop à sa nature, mais malgré tout, je trouve que c'est un livre sympathique pour initier ses enfants à la mythologie grecque. J'y aurais appris qu'en matière de femmes, Hermès et Apollon avaient plutôt les mêmes goûts et que leurs fils ont aussi été jumeaux. Comme quoi, malgré toutes ces années à parcourir mes dictionnaires, je n'ai pas fini de m'émerveiller avec de nouvelles anecdotes.

Passons au dernier qui, lui, a révolutionné le mythe de l'enlèvement de Koré, plus connue sous le nom de Perséphone.



Il s'agit d'une bande dessinée qui revisite ce mythe de manière humoristique et pertinente.  Par contre, sois prévenu/e, les dialogues sont dans la langue de Shakespeare.


Hadès est un amoureux maladroit et timide, Koré a la répartie sarcastique, Déméter est une mère possessive et Zeus est... Je te laisse cliquer ici pour découvrir une autre page de cette BD et par la même occasion la page deviantart de l'auteur.
J'avais déjà beaucoup aimé la version de Maurice Druon, mais j'avoue que celle-ci emporte de loin la palme et la couronne de laurier ! 
Pour mettre la main sur ce petit bijou, c'est par ici !

Comme tu le vois, la mythologie grecque se décline dans une myriade de couleurs. Des différentes versions des mythes qu'il nous reste, chaque lecture apporte une teinte différente. Il n'y a pas une seule vérité, mais plusieurs, dont la tienne. Et c'est ce que j'aime le plus dans cet Univers !

Voilà. Je suis désolée, j'ai été très bavarde, mais j'espère t'avoir donné envie de te pencher sur ces livres le temps d'une lecture ^^

Bon week-end à toi !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire