dimanche 15 janvier 2017

Premier amour de toujours (1/3)

Nous voilà partis pour une série de trois articles sur un Univers qui me tient à cœur : celui de la mythologie grecque 

Avant de te parler des livres qui ont révolutionné cet Univers en lui donnant une unité qui m'avait toujours échappée et de ce que ça m'a apporté d'un point de vue personnel, commençons par le commencement, veux-tu ? 

L'origine de ce premier amour de toujours ♥



Dernièrement, l'on m'a demandé d'où me venait cet engouement pour la mythologie grecque. J'y ai pas mal réfléchi avant de réaliser que la réponse se trouvait juste sous mon nez, rangé sagement dans ma bibliothèque.
Voilà le coupable !
J'étais alors un petit agneau !
Mythes et Légendes porte bien son titre puisqu'il rassemble trente-cinq mythes venus des quatre coins de la planète et adaptés par Anthony Horowitz (auteur qu'on ne présente plus). Il est accompagné d'illustrations magnifiques qui m'ont toujours fascinée.
Orphée face à Cerbère © Alan Baker
Sur les trente-cinq récits, seize sont grecs et la plupart sont des mythes piliers, les incontournables.  Le jugement de Pâris et le talon d'Achille sont une première plongée dans l'Iliade.  L’œil du Cyclope, lui, est un avant-goût de L'Odyssée. Les accompagnent Orphée, Pandore, Thésée ou encore Perséphone dont les noms te seront peut-être familiers. 

Et ces mythes continuent à ce jour de prendre une place importante dans mon imaginaire.

Quand les dieux squattent mes récits...

Dans #projetTriangle où des dieux déchus malmènent mes héros, deux d'entre eux sont grecs (un indice : il s'agit d'un oncle et de son neveu qui travaillent ensemble au quotidien. Non, pas d'idée ? Alors, un deuxième indice : ce sont deux criminels notoires. L'un a été reconnu coupable d'enlèvement de jeune fille, l'autre est un délinquant juvénile responsable du vol d'un troupeau de bœufs.).
Dans #projetPV, pas de dieux, mais je n'ai pas pu m'empêcher de donner des noms de dieux grecs à certains personnages (comme un Arès qui se couvre de poils à la pleine lune).

Thésée face au Minotaure © Giovanni Caselli
Mais l'histoire qui m'a permis de renouer pleinement avec ce premier amour n'est autre que Le Marchand d'âmes, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles ce roman restera particulier à mes yeux. ♥
J'avoue, je me suis fait plaisir : des dieux squatteurs (trois !), des noms mythologiques quasi pour tout le monde (Orion, Ganymède, Oreste, Callisto, Electre et j'en passe) et des clins d’œil à différents mythes que j'ai parsemés un peu partout. Celui qui m'aura le plus amusée est d'ailleurs (la suite à surligner pour éviter les spoilers) la soi-disant origine des asexués qui fait référence à la propre naissance d'Orion (le chasseur mythologique, pas le héros du Marchand ^^) Une peau de bœuf arrosée d'urine divine, il fallait oser, les Grecs n'ont pas hésité !

La boucle est bouclée

En replongeant dans cet ouvrage aujourd'hui, je suis tombée sur quelques lignes qui m'ont prouvée à quel point cette lecture m'avait marquée. Orion et Artémis ont toujours été là, ils ont attendu patiemment leur heure et la bonne histoire pour me le rappeler.

"Artémis était grande et forte, avec des hanches minces et de longs membres gracieux. (...) Par instants, son visage était sévère, mais, quand elle riait (et elle riait souvent en poursuivant le récit des aventures d'Orion, le chasseur divin), il s'éclairait du plus merveilleux des sourires. Alors, elle paraissait infiniment douce et tendre."
Horowitz, Anthony (1985). "La meute d'Actéon", Mythes et Légendes. Paris : Club France Loisirs, p. 144.

Sur ce, je n'ai plus qu'à te souhaiter un agréable dimanche !

Ceux qui ont lu le Marchand comprendront le choix de ces deux illustrations ;) Les autres, vous savez ce qu'il vous reste à faire :þ

7 commentaires:

  1. Je m'aperçois que je n'ai pas pris le temps de lire ta série de 3 articles pour commenter ! Quelle tête en l'air !
    Alors, en conclusion de celui-ci... les dieux, ça ose tout ! ^^
    (c'est amusant, j'ai aussi conservé le livre de mythologie grecque que j'ai lu et relu enfant ; par contre, contrairement à toi, je n'en suis pas devenue une spécialiste, mais ça reste quand même des récits que j'affectionne)

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Je n'irai pas dire que je suis une spécialiste, je suis sûre que j'ai encore beaucoup à découvrir. Par contre, amoureuse de toujours, oui. J'ai beau m'être baladée du côté des autres mythologies, j'en reviens toujours à cette amphore.
      (c'est quel livre ? Raconte !)

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Pour répondre à ta question : Les plus belles histoires de la mythologie, publié initialement par Eurobook Limited en 1977, paru chez Fernand Nathan en 1978, texte de Michael Gibson, illustrations de Giovanni Caselli et... du coup je réalise que ce livre est aussi vieux que moi ^^
      Ce que le titre ne dit pas, c'est que c'est exclusivement de la mythologie grecque (les histoires les plus connues, condensées sous forme de nouvelles illustrées).
      (et je trouve toujours autant que Bellérophon s'est finalement comporté comme un crétin !)

      On m'a aussi offert dernièrment une "Grande encyclopédie de la mythologie" (réédition d'un libre de 1999 ; contrairement au précédent, ça aborde les mythes de plusieurs cultures / civilisations) et "Les mondes nordiques" (un pavé qui date de 1980, donc certainement mis à mal par les découvertes archéologiques des 30 dernières années, qui ont éclairé pas mal de points et aussi obligé les historiens à revoir certaines hypothèses).
      Je t'avoue que je n'ai pas encore pris le temps de lire tout ça... c'est que ça représente un sacré volume !

      Supprimer
    4. Ahah, Bellérophon a eu les yeux plus gros que le ventre, un peu comme Phaéton. Pour moi, le pire reste tout de même Thésée... Entre Ariane qu'il abandonne sur une île et son père dont il provoque malencontreusement (koffkoff) le suicide, il fait fort.

      Tu ne me vends que du rêve en tout cas... J'aimerais bien mettre la main sur le premier, jeter un œil au second et... le troisième, je ne sais trop, je n'ai jamais accroché avec cette mythologie-là :þ

      Supprimer
    5. Je t'avoue que je ne suis pas une grande fan de Thésée non plus. ^^
      (d'ailleurs, tu as remarqué que dans les histoires où il y a un signal par voile interposé, ça se termine toujours mal ? il y a aussi un truc du genre dans l'une des versions de Tristan et Iseult que j'ai lue)

      Supprimer
    6. Oui, la communication verbale, y'a que ça de vrai :D
      (en fait, les Héros ont tous une version sombre, aucun n'est un ange... Soit ils tuent un pote par mégarde, soit ils massacrent leur famille, bref c'est pas joli joli tout ça !)

      Supprimer